LES CACHETS DES ARTISTES 

Souvent justifiée par la chute des ventes de disques, la hausse des cachets flambe et un marché du concert qui continue de s’affoler. Du côté des groupes comme des organisateurs, on n’aime pas trop parler pognon. Donner des prix. Avancer des chiffres . Les cachets font l’objet de clauses de confidentialité. Leur hausse est réelle mais difficile à quantifier. La bourse aux chanteurs est ouverte, en vue des concerts .Les « anciens » s’arrachent cher. Pour LES INSUS ( ex téléphone ) , il faut par exemple compter entre 300.000 et 600.000 euros le concert, selon la taille de la salle et s’ils ont déjà joué dans la région. Pour MICHEL POLNAREFF  après neuf ans d’abscence , il faut débourser entre 250.000 et 300.000 euros. À la Réunion , le sujet reste tabou , mais selon nos sources les jeunes sont en vogue et très sollicités  contrairement à la France . C’est vrai que une bonne partie des anciens sont restés bloquer à une certaine époque et sur un non renouvellement de leurs répertoires . 

LA REDACTION DE CULTUREKLICREUNION