Commémoration des travailleurs engagés de La Réunion au Lazaret de la Grand Chaloupe

 

Une journée en mémoire des engagés

 

Depuis plusieurs années, la Collectivité s’est associée à la Fédération Tamoule de La Réunion pour l’organisation de cet événement, et afin de lui donner une plus grande ampleur, s’est entourée d’un collectif constitué d’associations représentant différentes communautés de La Réunion et d’associations de proximité: la Fédération des Associations Chinoises de La Réunion, le Conseil Représentatif des Associations Noires (Le CRAN), l’association KAFPAB, les associations MIARO/ZANGOUN et l’Association Musulmane de La Réunion.

« Cette commémoration est placée sous le signe du partage et de la transmission, particulièrement auprès des jeunes. Elle s’inscrit dans notre volonté de faire connaître l’histoire de l’engagisme au plus grand nombre car les travailleurs engagés ont contribué à façonner le visage métissé de La Réunion d’aujourd’hui. Les visiteurs pourront apprécier les expositions et les différents ateliers proposés par le Lazaret et les associations tout au long de la journée » précise Jessica Play, responsable du Lazaret de la Grande Chaloupe.

LE DÉROULEMENT DES HOMMAGES SUR LES DIFFERENTS STÈLES DE L’ILE 

 

Programme de lundi 11 novembre 2019

 

  • 10h00 / 11h00

PROCESSION ET HOMMAGE AUX ENGAGES FACE A LA MER

Départ de la procession du lazaret n°1 vers la mer

Hommage de la Fédération Tamoule de La Réunion

Hommage de la Fédération des Associations Chinoises de La Réunion

Hommage des associations CRAN et KAFPAB

Hommage des associations MIARO et ZANGOUN

Hommage de l’Association Musulmane de La Réunion

 

  • 11h15

Discours des officiels

 

  • 11h00 / 16h30

Temps culturel

 

  • 12h

Concert du groupe Renésens

L’univers de Renésens se situe au confluent des cultures créoles et celtiques, dans un monde créatif, authentique, original et mystique. Il se nourrit de multiples influences aussi bien indiennes, africaines ou européennes que contemporaines, à l’image de l’île qui l’a vu naître en 1998 : La Réunion. Le groupe Renésens présentera la chanson L’Engagé malbar qui mêle l’histoire familiale d’Emilien Narsimoulou (1917-2001), petit-fils d’engagée, et la grande histoire de l’engagisme à La Réunion.

 

Pique-nique partage offert par les associations

 

Toute la journée

Visite des expositions du lazaret n°1

  • Quarantaine et Engagiste
  • Métissage végétal
  • L’île de la Grande Chaloupe, hommage à Raymond Barthes

 

Recherches généalogiques avec le Cercle Généalogique de Bourbon

Stands associatifs et animations culturelles

Visite de la gare de chemin de fer et des locomotives avec l’association Ti Train

FÉDÉRATION TAMOULE DE LA RÉUNION

Traversant les mers et les océans de par le monde, leur faisant miroiter des lendemains qui chantent, plus d’un million deux cent mille Indiens ont quitté l’Inde natale pour tenter l’aventure.

Fuir certaines conditions de vie, vouloir améliorer l’ordinaire et précurseurs d’une certaine mobilité, forcée ou volontaire, nos aïeux ont vogué sur les océans.

Éparpillant une fratrie, une famille au gré des besoins et des commandements des décideurs, ils ont débarqué dans les Caraïbes, en Amérique du Sud, dans le Sud et l’Est de l’Afrique, dans le Paci- fique Sud et dans l’Océan Indien.

Un peu plus d’un siècle et demi de présence indienne sur notre terre réunionnaise avec un fort développement religieux hindou et culturel tamoul ne s’est pas fait sans obstacles ni détermination. Nos ancêtres ont été contraints de s’adapter à leur nouvelle vie sur le sol de Bourbon, nos aînés ont su s’adapter à leur nouveau paradigme créole et l’insularité de La Réunion leur a permis de s’ouvrir au Monde et ce malgré les contraintes de l’éloigne- ment, de la petitesse du territoire etc., l’Histoire a construit dans ce bassin india océanique un labo- ratoire des Humanités.

Et pour bagages d’outre temps ils ont emmené leur mémoire, leurs souvenirs, leurs savoir-faire, leur religion, leur culture, leur art de vivre etc. Courbant l’échine sous le soleil de Bourbon, suant à corps et à sang, semant et parsemant les terres neuves et riches de l’île Bourbon, ils ont contribué à façonner La Réunion d’aujourd’hui apportant par là même leur contribution aux patrimoines immaté- riel et matériel de notre pays.

Le 11 novembre 1882 marqua la fin du traité relatif au processus de l’engagisme qui prévalait entre la couronne britannique et la monarchie française. Depuis 2003 la Fédération Tamoule commémore cette date anniversaire non seulement par un hommage rendu aux ancêtres et la vulgarisation de cette page de notre histoire mais également par l’installation de stèles commémoratives aux pieds des vestiges d’anciennes usines sucrières (Bois rouge 2003, Grand Bois 2004, Piton Saint Leu 2005, Vue Belle 2006 et la Mare 2010).

Pour ce faire toutes les sensibilités culturelles y ont été associées dès le départ et depuis 2013, le Département de La Réunion porte cette manifes- tation en partenariat avec la Fédération Tamoule et un collectif associatif.

En cette 16e année de commémoration nous invi- tons les Réunionnais à construire leur propre histoire au fil des recherches archéologiques, historiques et sociologiques car il est primordial de transmettre aux générations futures ce véritable pan de l’histoire Réunionnaise.

Nous réitérons notre volonté de voir cette vallée abritant les différents lazarets (Ravine à Jacques, Chaloupe), réhabilités, valorisés par le biais d’un véritable parcours didactique, interactif et ludique. De même nous souhaitons dans le cadre du projet NRL se voir ériger une œuvre patrimoniale symbo- lisant les portes d’entrées des différentes civili- sations venues peupler notre île, creuset de notre identité réunionnaise.

A l’heure où certaines crispations et conflits surgis- sent dans l’hexagone et que les périphéries subis- sent quelques effets collatéraux, il est grand temps que l’éducation culturelle des enfants se fasse notamment par la connaissance des faits histo- riques locaux, au même titre que tout autre apport contribuant à cimenter nout manir viv an kréol.

JEAN-LUC AMARAVADY

FÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS
CHINOISES DE LA RÉUNION
Une nouvelle fois encore en cette journée du 11 novembre, je suis très ému de nous retrouver tous réunis pour cette journée de commémoration. Journée que nous avons choisie pour rendre hommage à ces travailleurs engagés venus pour la plupart d’Inde, d’Afrique ou de Chine.
Sur ce site du Lazaret, ô combien rempli d’histoire, lieu de mise en quarantaine des nouveaux arrivants, passage obligé de nombre de nos ancêtres, débarqués comme des « parias » c’est près de 500 engagés chinois qui sont arrivés sur l’île. Aujourd’hui l’environnement politique et social du monde est totalement VICA (Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu) et notre île de La Réunion,

terre de métissage, de tolérance et de bien vivre ensemble est bien un bel exemple qu’il nous faut enrichir, consolider et préserver.
Nous avons cette obligation commune de conser- vation de la mémoire et de sa transmission avec encore plus de partage et de solidarité.

Se souvenir des sacrifices, de la bravoure, du cou- rage de nos ancêtres qui sont passés sur ce site du Lazaret, c’est leur rendre tout l’hommage qui leur est dû et reconnaître ainsi leur contribution à la construction de notre Réunion du Bien Vivre Ensemble.

Cet hommage est également pour nous l’occasion de rappeler aux plus jeunes plusieurs valeurs fon- damentales de notre culture chinoise, à savoir la piété filiale, le respect des anciens, la solidarité collective, la bienveillance et la tolérance.

Au nom de la Fédération des Associations Chinoi- ses de La Réunion, et en mon nom personnel de Président, je remercie les organisateurs de cette cérémonie et en particulier le Conseil départemen- tal, de nous accueillir sur ce site du Lazaret et de nous permettre ainsi de donner toute son impor- tance à cette date marquant la fin de l’engagisme.

DANIEL THIAW-WING-KAI ASSOCIATION KAFPAB

Kafpab se reconnaît dans l’appartenance de ceux qui font partie de La Réunion, des personnes qui la composent.
Notre objectif s’articule autour de ces principes : rendre visible une des composantes de la société réunionnaise ; promouvoir les compétences des Hommes et des Femmes réunionnais dans l’édu- cation, la culture et dans l’économie ; participer à la préservation du patrimoine réunionnais, au développement de l’humain, au développement écologique ; préserver le lien intergénérationnel ; et surtout dans la perspective de la cohésion de tous. La sororité est le dessein que nous chérissons à travers notre association qui espère œuvrer pour le bien-être, l’émancipation et l’épanouissement de chacune d’entre nous vivant sur notre territoire et par extension, la sororité en général.

Nous chérissons également la liberté d’être, d’exis- ter à travers nos différents savoir-faire.
Notre souhait le plus cher, est de participer active- ment, à travers nos actions à l’élévation économi- que et professionnelle de la femme réunionnaise. À travers les différents chantiers, nous accordons une place de choix à la connaissance et à la recon- naissance de notre histoire commune ce dont nous sommes très fières.

Notre participation annuelle à cette commémora- tion s’inscrit dans notre ancrage dans cette société si riche, si diversifiée, si plurielle et si belle.

PATRICIA PROFIL

ASSOCIATION MIARO

Les membres de l’Association Miaro adressent leur reconnaissance au Conseil départemental et sont heureux de faire partie des acteurs de cette hono- rable journée du 11 novembre 2019 pour la Commé- moration des travailleurs engagés de La Réunion au Lazaret de La Grande Chaloupe.

Ce devoir de mémoire que nous rendons ici col- lectivement à l’engagisme et aux travailleurs engagés revêt une importance primordiale au regard de l’identité plurielle réunionnaise, et les Réunionnais d’origine malgache descendants des engagés venus de Madagascar en sont pleinement conscients.

Certes, beaucoup reste encore à faire. L’association Miaro réalise et mesure très bien, tout comme vous tous, que des difficultés sont toujours à surmon- ter : collecte des témoignages, documents écrits ou iconographiques, transmissions orales. Nous en rencontrons souvent dans nos recherches et étu- des sur les apports des engagés malgaches venus à La Réunion.

Nous souhaitons vivement, en synergie avec tous les organisateurs et acteurs impliqués, que tous les efforts des uns et des autres aboutissent à tou- jours plus de résultats contribuant à la sauvegarde, la valorisation, la pérennisation et la transmission intergénérationnelle de toutes les actions menées afférentes à l’engagisme et aux travailleurs enga- gés de La Réunion.

HONORÉ RABESAHALA