A l’occasion de l’intervention du Premier ministre sur la situation sanitaire, la ministre de la Culture a assuré aux acteurs culturels que l’État allait amplifier sa « mobilisation ». « La culture, c’est beaucoup d’émotion, mais c’est aussi un secteur économique puissant qui va être bouleversé dans les semaines à venir après avoir déjà beaucoup souffert », a déclaré la ministre de la Culture le 29 octobre, à l’occasion de la conférence de presse du Premier ministre sur la situation sanitaire. Consciente de l’impact du confinement sur le monde de la culture, la ministre a souligné que «la mobilisation sans précédent du Gouvernement en faveur d’un accompagnement des acteurs culturels » allait être amplifiée.

Une attention portée à « toutes les situations »

La ministre de la Culture a rappelé que les soutiens apportés par les « mesures transversales », qui s’appliquent pleinement au secteur culturel, sont « massifs », notamment en ce qui concerne le recours à l’activité partielle, les exonérations de charges ou les aides au loyer. Par-delà ces mesures, a insisté la ministre, « nous allons être attentifs à toutes les situations ». «Des mesures spécifiques complémentaires vont être mises en place pour tous ceux qui ne seraient pas concernés par les mesures transversales », a-t-elle ajouté.

Fermeture de lieux recevant du public

Avec la dégradation de la situation sanitaire, l’ensemble des lieux ou commerces culturels recevant du public devront être fermés, à l’exception des kiosques et marchands de journaux. « C’est une décision très difficile mais indispensable si on veut contenir le virus », a estimé la ministre de la Culture. S’ils ne font pas partie des commerces ouverts, les librairies et disquaires pourront organiser des activités de commandes et de livraisons (système du « click & collect »). Pour développer leurs capacités de vente sur internet, les aides à la numérisation leur seront apportées. Il est également prévu que les bibliothèques puissent instaurer un système de livraison sur place. « Nous verrons dans quinze jours, au regard de la situation sanitaire, si une ouverture classique redevient possible », a ajouté la ministre. Les cours dispensés dans nos établissements d’enseignement supérieur de la culture le seront à distance. Les modalités de maintien des travaux pratiques et des ateliers, dans le strict respect des conditions sanitaires, doivent encore être précisées.

La création culturelle se poursuit

A contrario, certaines activités culturelles peuvent continuer dès lors qu’elles n’accueillent pas de public. « Concrètement, la création culturelle peut continuer de vivre », a assuré la ministre de la Culture, citant les tournages de films, les répétitions de spectacles à huis-clos, les enregistrements et captations d’œuvres sans public, etc. Grâce à cette mesure permettant la poursuite de la préparation des spectacles, nombre d’entre eux seront prêts à être programmés ou repris à l’issue du confinement. Dans le domaine muséal, la ministre a indiqué que la préparation d’expositions ainsi que la politique de prêts et d’acquisition d’œuvres d’art, peut se poursuivre, de même que, dans le domaine patrimonial, les chantiers de restauration.

Développer l’offre culturelle numérique

Lors du premier confinement du printemps, le ministère avait mis en place le portail « Culture chez nous », accessible au grand public depuis le site internet du ministère.  « Je souhaite que l’on puisse réactiver cette plateforme numérique », a précisé la ministre de la Culture. Le ministère va se mobiliser pour recenser toutes les offres numériques qui seront mis en place par nos opérateurs, et les acteurs culturels et en lien avec les direction régionales des affaires culturelles (DRAC).

Source : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Soutiens-aides-mesures-comment-l-Etat-va-accompagner-le-secteur-culturel-pendant-le-confinement