FÈT KAF DAN SINDNI

Ce 20 décembre 2020 n’en est pas un comme les autres, mais il a lieu. Depuis plusieurs mois déjà les acteurs culturels de Saint-Denis se sont organisés afin de parvenir à faire tout de même, à faire malgré tout. Car, s’il n’est pas possible aujourd’hui de se rassembler en nombre, il reste possible de constituer des petits groupes d’étude, des ateliers en petits nombres, qui permettent à chacun de parfaire ses connaissances en fonction de thématiques spécifiques :

LES ATELIERS DE LA MÉMOIRE

– La connaissance (de l’histoire)
Ce premier parcours s’inscrit dans la continuité des précédents ateliers de médiation portant sur l’histoire, la mémoire et les héritages de la période de l’esclavage. Il a permis d’injecter de la connaissance, en proposant des temps de conférence et de débats autour des dates clés, des faits marquants, du vocabulaire de la traite et de l’esclavage, etc.
Par l’Association Développement et Promotion des Arts et du Bien-être – DPA 974 (Stéphane BOQUET)

– Les habitants : des bâtisseurs (ateliers de généalogie)
Les ateliers de généalogie se sont constitués en caravanes dans les quartiers, afin de renforcer la connaissance de l’histoire par des approches familiales, intimes et personnelles. Une manière d’impliquer chacun dans l’histoire de la mémoire commune de la ville.
Par l’Association Label Frèr2son

– Les pratiques culturelles (le maloya)
Le maloya est inscrit au patrimoine mondial, et il a trouvé sa place sur les ondes. Toutefois, il reste encore très majoritairement méconnu. Cet atelier, proposé par un zarboutan de la pratique, a permis non seulement de rappeler ses bases, ses conditions d’invention, de créolisation, ses instruments, etc. mais aussi de « faire faire », c’est-à-dire d’apprendre à en jouer, à le danser, à le chanter. Avec Lindigo.
Par le groupe LINDIGO

Et également :
- Visage d’antan, Far Far nous mémwar
- Atelier d’histoire sur les transformations de la ville
- Ateliers de recherche en textiles et créations
- Ateliers artistiques autour des camps
- Ateliers de récits, coutumes et pratiques
Par l’Association Rasine Kaf

LA CARTE DES CAMPS DES NOIRS

Ce dimanche 20 décembre nous délivrerons une nouvelle vision de la ville, une carte contemporaine sur laquelle figurera le tracé des anciens camps, qui ont laissé des traces dans le paysage de la ville, mais qui sont aujourd’hui invisibles. Qui sait où commence la ville et où s’arrêtent les camps ? Existe-t-il encore des vestiges d’anciens lieux de vie ? De ron de moring ? Existe-t-il encore des cases ou des traces du labeur des esclaves et des engagés qui y ont vécu ? Autant de réponse qui pourront être trouvées dès lors que nous saurons nous situer dans la ville : ce que cette nouvelle manière de lire la ville sur carte permettra certainement. [À TÉLÉCHARGER ICI TRÈS BIENTÔT]
Recherches et histoire : Laurent Hoarau
Direction Artistique : Kid Kréol & Boogie

L’HOMMAGE AUX ANCÊTRES

Ensemble, nous nous recueillerons, en matinée, sur l’une des seules tombes d’esclave connue à ce jour sur le territoire Saint-Denis : celle de Toinette, décédée le 30 avril 1860 libre, parce qu’entre temps, il y a eut l’abolition de 1848. Toinette aura vécu 12 ans libre. Les 12 dernières années de sa vie, mais vraisemblablement toujours au service de ses anciens « propriétaires ». Et si dans le cimetière de l’Est sa tombe est repérée, c’est parce qu’elle est la seule à ne porter qu’un prénom. Pas de nom. Alors, en ce 20 décembre 2020, Toinette sera le symbole de toutes celles et tout ceux qui auront connu de leur vivant l’esclavage, et son emplacement dans le cimetière, celui de toutes celles et tout ceux qui n’auront pas eu son « privilège » : bénéficier d’une sépulture.

Lieu : Cimetière de l’Est
De 10h à 11h30

10h00 : Accueil des invités en musique avec le groupe Donn la min
10h15 : Intervention de M. Laurent HOARAU, historien (contextualisation historique)
10h25 : Discours de Mme Ericka BAREIGTS, Maire de Saint-Denis
10h35 : Discours de M. Jacques BILLANT, Préfet de la Réunion
10h45 : Chants d’hommage avec Simangavole
11h00 : Recueillement devant la tombe de Toinette, ancienne esclave décédée le 30 avril 1860 à l’âge de 68 ans (départ de la procession sur le 3ème chant)
11h30 : Fin de la cérémonie

KABARS DANS LES KARTIÉS

Parce qu’il n’y en a pas un qui doit être oublié, voici la liste des quartiers de Saint-Denis qui organiseront des kabars le jour du 20 décembre, et parce que nous ne pourrons pas nous réunir ensemble comme traditionnellement, ces kabars auront tous lieu au même moment, le dimanche 20 décembre de 14h à 19h, une manière singulière de faire ensemble, tout en respectant les règles sanitaires et les gestes barrières.

Quartiers Association porteuse Lieu
Bas de la Rivière Association Jeunesse du Bas de la Rivière (AJBLR) École primaire Reydellet A
Bellepierre Association Mouvement la kour Maison de quartier Bassin Couderc
Bois de Nèfles Association CASE Bois de Nèfles Stade de foot, plateau vert de Bois de Nèfles
La Bretagne Association Média Réunion La Limonaderie
Brûlé Association Héritage et Passions des Ô Salle polyvalente du Brûlé
Camélias / Providence Association Toot Ansamb Académie des Camélias
Centre-Ville Association Culturelle Océan Indien (ACOI) Ilot A2 (rue Issop Ravate)
Chaudron Association Centre d’Insertion et d’Entraide par le Lien Social (CIELS) MAIL du Chaudron
Domenjod Association CASE de Domenjod CASE de Domenjod
Ilet Quinquina Association de Quartier Ilet Quinquina (AQIQ) École Ilet Quinquina
La Source Association Source Sociale Solidarité Plateau noir de la Source
Marcadet Association Mira Partage Parking Ganthy
Montagne 8ème et 15ème Association Rant dann rond La Léproserie
Montgaillard Association Femmes des Camélias Salle polyvalente des Camélias
Moufia Association CASE des Bancouliers Le CASE, 20 Bd Mahatma Gandhi
Moufia 2 Association CHANDELLE École primaire Eudoxie Nonge
Primat Association CHQP École primaire de Primat
Sainte-Clotilde Association Maison de quartier des Tamarins 15/12 : Jardin Lory-Les-Bas
17/12 : Maison de quartier des Jamalacs
20/12 : Maison de quartier des Tamarins
Saint-François Association Zanbos Kayanm FM École primaire PK7
Vauban Association Les maillons de l’espoir Maison quartier VAUBAN

LE MOT DE LA MAIRE

Kréol
Dan in péi la énèt sou la koup la trèt, té konstrui par bann zésklav fanm-zonm, nout tout anparmi, zordi i trouv pi arienk dé-trwa plas la souvnans… Lé pa asé ! Koman in pèp i pé aprann kisa li lé, koman li pé aprann rakont son listoir si li koné pa kisa, kansa, komansa son bann gramoune la masone son zordi ? Koman fo fé pou zarlor nout bann zansien ?
20 désanm-la lé sitantèlman éspésial ! Akoz li rapèl anou déza dann tan, bann kan té léspas fé pou lanparkman. Ala zordi in lokazion pou nou niabou fé pas nout konsians par lo bout lalanbik la konésans : ki kalité savoir la voyaz dann tan ? Kisa la fé voyaz-sa ? Koman té fé ? Kèl lanplasman nou néna zordi pou fé nout lomaz ? Pou fé viv sak nout zarboutan la lès anou ?
Nou vé fé dézord dann gro kaz loubli, nou vé done zouti pou niabou kontinié aprann, pou niabou ariv dann ron la konésans nout Listoir. Pouvréman, lé zis in manièr kontinié sak bann zanset lavé komansé avan nou : anou pou féklèr fanal zot mémoir !

In bon Fêt Kaf azot !

Français
Sur un territoire qui a été peuplé par la traite, et bâti sous le régime de l’esclavage, il ne subsiste à ce jour que très peu de vestiges… Trop peu ! Or, comment se connaître, comment se raconter si nous ne savons pas ce qui nous a construit, si nous ne savons pas les noms de celles et ceux qui, à force de travail, ont façonné notre présent ? Comment, aussi, se recueillir, et rendre à ces précieux aïeux l’hommage qui leur est dû ?
Ce 20 décembre 2020, si particulier, nous rappelle de manière étrange que les camps ont été ici les premiers lieux de confinement, d’une autre nature… C’est donc là l’occasion de trouver de nouveaux axes pour se raconter, en se recentrant sur l’essentiel. Sur ce qui nous reste de connaissances à transmettre, de lieux à valoriser, de vestiges à conserver, en somme, de patri- et matrimoines à commémorer.
Nous voulons rompre le silence de l’ignorance, nous donner les moyens d’apprendre, en permanence, afin non seulement de parfaire la connaissance que nous aurons de nous-mêmes, de notre Histoire, mais également afin de poursuivre le travail de transmission commencé par nos anciens. Nous avons un legs, à nous de le faire connaître, de le mettre en lumière !

Une bonne commémoration du 20 décembre à toutes et tous !

Éricka Bareigts
Maire de Saint-Denis
Ancienne ministre des Outre-mer et députée de La Réunion

20 Désanm 2020 à Saint-Denis
Dimanche 20 décembre 2020 de 14h à 19h
Dans les quartiers
Accès libre et gratuit dans le respect des règles sanitaires

Document(s) à télécharger :