Première série hexagonale à caracoler en tête des top 10 mondiaux de Netflix, la relecture du personnage version Omar Sy rend d’autant plus criantes les difficultés longtemps rencontrées à l’export par le reste de la production. Mais les choses changent.

Parachutés sur Netflix voilà une semaine, les cinq premiers épisodes de la nouvelle série maison n’auront eu besoin que de quatre jours pour bénéficier d’un coup de clairon de la plateforme, aussitôt réverbéré par médias, réseaux sociaux et autres baromètres de la win : Lupin serait la première série française à s’infiltrer dans le top 10 américain des séries visionnées par les utilisateurs du géant du streaming (195 millions dans le monde selon les derniers décomptes, datés de quelques mois, et près de la moitié des foyers français d’après une récente étude du CNC). Un triomphe sans frontière et un barouf sans doute pour partie autoréalisateur puisque les aventures d’Omar Sy en gentleman cambrioleur s’affichent aussi en tête des contenus Netflix consommés dans des dizaines d’autres contrées, de Nicosie à Kuala Lumpur, de Caracas à New Delhi.