Présentation

Dans cette exposition, Jack Beng-Thi sculpte la parole et vous invite à lire les mots qu’il a emprunté aux langages des hommes et des femmes dont il admire la poésie. Il met en lumière les auteur.e.s qui ont accompagné et jugulé une démarche artistique sans précédent. Libris rassemble un corpus de plus d’une centaine de textes d’auteurs cruciaux : de Rumi à Baudelaire, en passant par Rabindranath Tagore, Mahmoud Darwich ou Pablo Neruda, sans oublier ni les auteurs péi d’hier et d’aujourd’hui, ni ceux de l’océan Indien à qui l’artiste rend un digne hommage en figeant dans des livres la lumière qu’apporte le verbe du poète. Les 30 livres uniques présentés dans cette exposition sont autant des oeuvres d’art et des poèmes qu’une invitation au voyage dans l’univers d’un véritable cartographe de l’esprit et de la mémoire. Enfin, cette exposition se veut également être une invitation pour tout un chacun à lire mais aussi à écrire sa poésie, puisque l’artiste dédie un livre blanc aux visiteurs pour qu’ils ornent de leurs compositions l’ultime oeuvre de « Libris, poèmes à l’infini ».

Des visites guidées sont programmées, sur réservation, à la fin de chaque mois.

Renseignements : 0262 21 13 96

DATE 

du 27 août 2022 au 31 mars 2023

HORAIRES

Du mardi au vendredi de 8h30 à 17h30 et le samedi de 10h30 à 17h30.

Jack BENG-THI

Biographie

– Né le 15 Octobre 1951

– Vit et travaille à l’île de La Réunion

– D’origine africaine et vietnamienne par son père et indienne par sa mère, Jack Beng-Thi est né à l’Ile de La Réunion en 1951.

– Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse et à l’Université de Paris VIII, de 1970 à 1978, il parcourt différents pays d’Europe et d ‘Amérique latine.

Résident à la Cité des Arts de Paris, il mène une réflexion et une recherche dans l’espace dramatique des corps ; une quête identitaire qui trouve sa résonance dans des installations plastiques qui métissent des matériaux, terre, bois ,fibres végétales … et transcendent des mémoires individuelles et collectives. La photo (image-trace documentaire ) sert de base à sa création. De 1986 à 1990 il délaisse l’atelier pour un travail dans le paysage de l’Ile de La Réunion (Hommage au volcan, Lieux de mémoire). En 1994 crée avec d’autres artistes le groupe Austral pour une nouvelle réflexion sur l’Art dans la mouvance culturelle de l’espace indo-océanique.

Entre 1995 et 1998 il participe à des échanges culturels, expositions et biennales dans divers pays (Madagascar, Afrique du Sud, Namibie, Cuba). Ces dernières expériences bouleversent sa pratique artistique qui lui ouvre la voie vers de nouvelles sources esthétiques, où le réfèrent argentique prend une place décisive dans une configuration minimale.

Lors de ses résidences, il enseigne les Arts Plastiques dans les écoles professionnelles et les Workshops. A partir des années 2000 un tournant décisif s’opère dans ses oeuvres : lors des biennales d’Uppsala en Suède (The last thermométric image of the primitive forest), et de Cuba (Periferia) Jack Beng-Thi utilise de manière intime la photographie, qui devient le médium principal des ses créations, traces légères, précieuses et symboliques qui assurent dans la confrontation au réel une prise de position politique dans le fonctionnement chaotique du monde. Autoportrait (Réunion), La chute meurtrière des anges (Haïti). Les contenus artistiques et culturels des projets NUR, en Espagne (Natures utopies et Réalités), sa résidence à Espacio C à Santander en 2001, introduit le marquage de l’image photographique par des signes graphiques et des traces diverses . . . L’utilisation nouvelle de l’image vidéo, médium qui inscrit le mouvement total du sujet dans une immédiateté, une expression subite, souveraine et fulgurante vient témoigner d’un acte de conscience à lecture multiple, lié au contexte transculturel du monde moderne. En 2010 réalise avec la complicité de son manager Orlando Britto Jinorio des îles Canaries une rétrospective « Cartographie de la Mémoire » dans sa ville natale du Port en réunissant 5O oeuvres réalisées à La Réunion et dans de nombreux pays du monde.

Jack BENG-THI dans les collections publiques

– Artothèque de Saint Denis – Ile de La Réunion Artothèque de Créteil – France Artothèque de Saint Denis – Ile de La Réunion

– Fond Régional d’Art Contemporain de La Réunion

– Musée Léon Dierx Saint Denis – Ile de La Réunion

– Musée de l’Afrique – La Havane – Cuba

– Centre d’Art Contemporain de Camargo – Santander – Espagne Conseil Régional de la Réunion

– Office départemental de la Culture Conseil Général de La Réunion Conseil Régional de La Réunion

– Espace d’Art Contemporain de Honguyang – Jingdezhen Chine Centre d’Art Contemporain de Séville – Espagne

– Centre Culturel de Khartoum – Soudan

– Fond d’Art Contemporain de la ville du Port / CCIR Ile de La Réunion Espace d’Art Contemporain Rur’Art – Poitou Charentes – France Université de Windoeck – Namibie

– Centre Culturel Français de Windoeck – Namibie

– Mairie de la Petite Ile – Ile de La Réunion

– Mairie de Sainte Rose Ile de La Réunion