DISPARATION DE  Wilhiam ZITTE
 
 
 
Un des pionniers de la scène contemporaine réunionnaise, Wilhiam Zitte s' inspire de l'histoire et des traditions populaires de son île.
Le corps du peintre Wilhiam Zitte a été découvert sans vie ce matin dans la maison dans laquelle il s'était retiré à la Plaine
 
Créateur du concept d'artcréologie, Wilhiam Zitte a ancré son travail dans la société ...
 
 
 
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
C’est avec une profonde émotion que j'apprends la disparition de Wilhiam ZITTE, artiste dont l’œuvre marquera assurément l’histoire de l’art à La Réunion. Cette œuvre, qu’il a d’abord développée en forme de combat pour la mémoire de l’esclavage, à partir de matériaux ordinaires - dont sa toile de jute - et avec des convictions inébranlables, est pionnière. Créateur du concept d’artcréologie, Wilhiam ZITTE a ancré son travail dans la société créole, explorant aussi les représentations contemporaines, comme celles de la religion populaire, dans une collecte et une recherche sans fin.
Forcément incompris à ses débuts, l’artiste a fini par devenir incontournable dans le paysage artistique, reconnu par ses pairs, consacré par des collections publiques et privées, il est l’un des rares plasticiens de notre île à avoir fait école.
De 1995 à 1999, Wilhiam ZITTE a été le directeur inspiré de l’Artothèque du Département. Dans ses choix artistiques, dans le dialogue qu’il a construit avec toutes les générations de créateurs, dans sa relation singulière aux publics, il aura laissé au service sa trace, personnelle et sensible.
Au nom du Département de La Réunion et des conseillers départementaux, j’adresse mes plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et à ses amis.
 
Cyrille MELCHIOR - Président du Conseil départemental 

               

 

               PRESENTATION PROJET ARTISTIQUE ET CULTUREL 2018-2021

 

LE KABARDOCK 

Né en 2004 d’une volonté politique forte de la Ville du Port, le Kabardock est remarquable tant par la qualité de son équipement (3 scènes complémentaires, studios de répétition et d’enregistrement, lieu de création,...) que par l’ambition humaniste de son projet en faveur des musiques actuelles et du territoire.

Seul équipement labellisé SMAC outremer depuis 2007, le Kabardock a développé ses actions de manière ambitieuse, se traduisant par des programmations variées et d’envergure, ainsi que par la mise en place de projets en faveur de l’accompagnement de projets artistiques et de la médiation.
Il bénéficie désormais d’une solide notoriété auprès du public et est identifié comme un outil précieux par les musiciens. Sa logique de travail en réseau l’a conduit à nouer de multiples partenariats, à consolider son assise territoriale et à obtenir la reconnaissance des professionnels du secteur.

Après une première période de fort développement, la structure a néanmoins connu une période mou- vementée en interne ces dernières années qui l’amène aujourd’hui à un moment décisif de son histoire. En effet suite au départ de Stéphane Rochecouste en décembre 2014, directeur du Kabardock pendant 10 ans, Pierre Babef a été recruté à la direction de la structure le 1er avril 2015. Son départ en mars 2016 après un important conflit avec l’équipe, laisse la structure sans direction jusqu’au mois d’octobre 2016, date à laquelle Sandrine Dupuy est recrutée. Cette période n’aura pas été sans conséquence sur la ges- tion de la structure mais fort de son expérience, le Kabardock souhaite tourner la page en consolidant sa structuration associative et en développant ses activités dans le cadre d’un nouveau projet artistique et culturel.

Ce dernier doit par ailleurs permettre d’établir avec les collectivités territoriales partenaires et l’Etat un nouveau conventionnement Scène de Musiques Actuelles pour la période 2018-2021.
A ce titre, il remplit le cahier des charges tel qu’il a été défini dans l’arrêté du 5 mai 2017 suite au décret de la loi dite « LCAP » (loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la création artistique, à l’architecture et au patrimoine).

Ce projet artistique et culturel a été construit en équipe, mais également de manière participative, grâce à des réunions de travail avec les musiciens des locaux de répétition du Kabardock, les associations por- toises partenaires, ainsi que des acteurs du secteur musical réunionnais.
Il fait également suite à une première note d’opportunité rédigée par la nouvelle directrice dans le cad- re de sa candidature, ainsi qu’un rapport d’étonnement. Ce dernier a permis de dresser un petit état des lieux concernant le fonctionnement du Kabardock, rendant compte des problématiques tout en dégageant des perspectives encourageantes, qui ont pu servir de point de départ pour esquisser les grandes lignes du nouveau projet. Enfin sa période de maturation a été jalonnée de trois comités tech- niques qui ont permis aux partenaires institutionnels d’être associés et d’alimenter la réflexion.

Maintenir cette dynamique participative en impliquant les habitants, les usagers, dans la construction des projets et dans la vie de la structure est clairement un des enjeux majeurs de cette nouvelle étape. Un groupe de travail sera donc constitué afin de travailler sur le projet associatif, le fonctionnement et les statuts de l’association et ainsi d’inscrire dans le temps cette méthode participative.

Le second grand enjeu est très certainement celui du territoire. La prise en compte du contexte territorial et des mutations en cours est un préalable obligatoire pour poser les bases du nouveau projet.

Enfin l’enjeu primordial est certainement celui des valeurs. L’humain doit être au cœur de ce nouveau pro- jet, aussi il est important de rappeler quelles sont les valeurs qui l’animent et qui peuvent être partagées. C’est ainsi qu’un certain nombre d’enjeux stratégiques pourront se dessiner et nous permettre de définir les grands axes du nouveau projet du Kabardock.

Le Kabardock, en tant que salle labellisée, rejoint un réseau de salle du territoire français visant à favoriser, accompagner et promouvoir la création musicale défendue par des artistes professionnels aussi bien que par des artistes amateurs afin de répondre à la diversité des expressions et des publics et de contribuer au croisement et au développement des pratiques artistiques (extrait du cahier des charges SMAC).

A ce titre il doit permettre de faire connaître les artistes réunionnais en métropole et inversement. Il pourra notamment s’appuyer sur les partenariats d’ores et déjà noués avec des structures spécifiques mais aussi sur les réseaux et dispositifs nationaux.

Le kabardock c'est aussi en 14 ans d'existence 700 concerts et près de 200 000 spectateurs souligne le président de l'agema-kabardock Monsieur Goulamaly .

 

le Kabardock participe et doit être amené à jouer un rôle clé dans les relations interculturelles avec sa zone naturelle de proximité : l’Océan indien. Trois cercles de proximité sont discernables :

- le premier cercle est constitué des îles du sud-ouest de l’Océan Indien : Maurice, Madagascar, les Comores et les Seychelles. Les relations sont très étroites du fait de peuplements proches, d’une aire commune colonisée par la France (et par le Royaume-Uni pour Maurice et les Seychelles), de liens linguistiques (langue créole, Madagascar et Comores exceptés),

- le deuxième cercle est constitué des grands États riverains de l’Océan Indien : en particulier l’Afrique du Sud et l’Inde,
- le troisième cercle est constitué par le grand est : Australie, Extrême-Orient, notamment.

Un projet de partenariat  tourner vers le partage et la solidarité soulignée la directrice du kabardock Dupuy Sandrine 

 

Les valeurs sont le socle fondamental qui anime tout projet. Un projet artistique et culturel est bâti autour d’un certain nombre de valeurs partagées par une équipe, des publics, des artistes, des partenaires... C’est bien autour de ces valeurs que se construisent les projets tout au long de l’année dans un lieu culturel mais aussi entre les différents acteurs.

Sans être exhaustif, en voici quelques unes qui transparaissent du projet du Kabardock tel qu’il a été développé et qui constituent le socle du nouveau projet artistique et culturel.

 

Pour le maire du port olivier Hoarau c'est le ciment d'un peuple et c'est qui relie les uns aux autres concernant la culture .

Culture par tous et pour tous

Indissociables de la diversité culturelle, les droits culturels reconnaissent la dignité culturelle des personnes et donc leur droit de s’impliquer dans la vie culturelle (participation : « culture par tous ») ainsi que celui d’avoir accès à la culture (démocratisation : « culture pour tous »).

Le budget de la subvention de la part du conseil départementale se voit légèrement revue à la hausse pour cet occasion souligne Cyrille Mechior le président du conseil départementale et précise un contrat de confiance pour sa collectivité .

Pour le TCO , Hoarau Patricia le kabardock reste une référence artistique dans l'ouest de l'ile et apporte toute son soutien à la salle portoise .

LES ENJEUX STRATéGIQUES

A l’heure d’une montée des extrêmes (religieux, identitaire, repli sur soi...) en France et en Europe et en regard du contexte territorial, social, et culturel et des valeurs défendues, un certain nombre d’enjeux se dessinent.

PARTICIPER AU « VIVRE ENSEMBLE »

Le premier d’entre eux est sans conteste celui de la relation à la population et à ses acteurs, de la participation du Kabardock à la cohésion et au vivre ensemble sur le territoire. C’est dans ce cadre qu’apparaît l’évidence de la nécessité d’amplifier le processus de territorialisation du projet.
La relation à la population passe par une montée en puissance de l’action culturelle, que ce soit au niveau de la commune que du TCO. Les projets d’action culturelle doivent encourager les interactions entre quartiers de la commune du Port mais aussi entre les populations du Port et des communes avoisinantes. Dans ce cadre, des projets globaux pourront être montés, permettant également de favoriser les synergies entre acteurs.

Le maire du port précise que l'économie culturel est génératrice d'emplois et de richesse précise Olivier Hoarau .

L’ENJEU ARTISTIQUE

Le Kabardock œuvre à la reconnaissance du champ artistique des musiques dites « actuelles » dans toute leur diversité à travers la valorisation de la création artistique actuelle, la transmission de l’histoire de ces musiques et la contribution à leur évolution future en soutenant l’émergence et le renouvellement des formes.

Dans ce cadre il cherche tout particulièrement à valoriser la création artistique réunionnaise, dont l’identité est particulièrement marquée par rapport au paysage culturel français.

LE DEVELOPPEMENT ET LE RENFORCEMENT D’UNE FILIERE MUSIQUE DANS L’ILE

Le secteur des musiques actuelles repose sur un écosystème d’acteurs publics, privés, associatifs, de tailles et d’objets très divers mais tous interdépendants entre eux. Du café concert au festival en passant par l’école de musique, le magasin de disques, le producteur de tournée, l’éditeur ou le label, c’est toute une filière qui doit se renforcer pour le bon développement des musiques actuelles sur l’île de la Réunion. C’est ainsi que la Réunion pourra devenir une plate-forme de référence en matière de musiques actuelles. Aux côtés des réseaux et du PRMA, le Kabardock doit donc jouer un rôle clé par son implication et son dynamisme pour structurer le secteur et consolider le réseau de diffusion des musiques actuelles sur l’île.

LA DIVERSIFICATION DES RESSOURCES

Le contexte général de baisse des finances publiques et par conséquent les budgets de plus en plus contraints des principaux partenaires publics du Kabardock doit à la fois l’emmener vers une recherche de mutualisation des moyens et à la fois vers une diversification de ses ressources avec la recherche de partenariats privés. Le contexte portois offrant une importante concentration d’entreprises est particulièrement favorable.

 

 

 

 

 
LA REUNION EN DÉMONSTRATION EN THAILANDE 
 
 
Dans le cadre du premier work shop international camp de HAT YAI province sud de la thaîlande qui c est déroulée le 25 au 29 mai 2018.
Ont été invités à cette occasion par le biais de Charly LESQUELIN grand artiste peintre sudiste, trois graffitis artistes 
Réo1
Eko lsa
Kes
 
 
 
Le but est de faire participer à leur premier work shop et aussi de faire découvrir le graffiti aux thaîlandais.
60 participants pour ce work shop :Thaïlande,Japon,bali,Malaisie,Chine,Vietnam,canada,Koré et la France représenter par Charly,LESQUELIN,David Saminadin,Réo1
 
RETOUR EN IMAGES