Chanteur, né le 1er juillet 1956 à Sainte-Suzanne. À l’âge de 12 ans, il quitte l’école comme soutien de famille. Au décès de son père, planteur, afin de reprendre sa scolarité, il rentre pour trois ans à l’Association pour la protection de l’enfance (APECA). C’est au sein de ce centre d’apprentissage qu’il fait la connaissance de musiciens et commence à chanter. Service militaire en Métropole où, réfractaire à l’armée et anticolonialiste, il fait une partie de son temps dans un centre disciplinaire Soudeur de profession pour une importante société réunionnaise (jusqu’en 2000) et depuis cette date chanteur par passion, soutenu par le Pôle Régional de Musiques Actuelles (PRMA) d’Alain Courbis. Sa carrière artistique débute véritablement lorsqu’il intègre l’Entente Maloya formée par les groupes Baster et Ousanousava. Ensemble, ils vont produire dans des dizaines de “kabars” dans l’île, ces rassemblements culturels animés par la musique, le chant, la danse et parfois le moringue (1980). En 1989, il fonde Kayanmbé, un groupe musical surtout formé pour animer les fêtes familiales, mariages et cérémonies et dont il devient le chanteur. Il faut attendre 1993 pour voir la sortie du premier album du groupe, avec notamment la chanson écrite par Jean-Paul Cadet, Le Kascavel, élue « plus belle chanson réunionnaise » et qui est encore à nos jours un gros succès commercial. Cinq autres albums sortent les années suivantes dont Wojide en 2006, enregistré en Chine et qui contient 105 notamment une reprise en mandarin de la célèbre KasKavel.

 

Discographie

Kaskavel (1993). Galang (1994). Péi lamour (1997). In not manyer (1999). Plantèr (2002). Wojide (2006). Un septième album est en projet en 2010.

Prise de parole

« On a voulu m’empêcher de devenir musicien. Le système colonial, l’école, les bons penseurs disaient que c’était un métier de brigand. Moi, je m’en fichais. J’étais un maronneur. Un gars libre dans ses pensées, qui n’a jamais rien pu imposer » (Journal de la Réunion, 21 juillet 2008).

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

LA REDACTION DE CULTUREKLIC PRESENTE SES SINCÈRES CONDOLEANCES À LA FAMILLE .

 

 

QUESTIONS  DÉCALÉES  avec...Jean pierre Boyer 

 

Cultureklicreunion : Qu'emporterais-tu sur une île déserte ? 

Mon livre, du bidonville aux feux de la rampe .

 

Cultureklicreunion : Si tu étais un plat de la réunion ?

Rougail saucisses , Riz blanc , gros pois, gros piment.

 

Cultureklicreunion  : Si un génie t'offre de réaliser 3 voeux, quels seraient-ils?

- Gagner au loto.

- Voyager voir le monde entier.

- Une maison  avec piscine .

 

Cultureklicreunion  : Que représente  le mot  culture pour toi ? 

Le mot culture pour moi c’est  identité de mon île ma culture mon séga & maloya ça c’est ma culture et mon identité. 

 

Cultureklicreunion  : Tu te vois comment dans 10 ans ? 

Un peux plus vieux. Mais pas trop vite.

 

Cultureklicreunion : Ton mot créole que tu adores employés ? 

 Oté, coment  y lé.  

 

Cultureklicreunion  : Quelle chanson te file la pêche à coup sur ? 

 Ti fille là, chanson de JP Boyer nouvel version de mon Album << a la la noute séga >>

 

Cultureklicreunion : L’ile de la réunion en définition selon vous  ?

Une île intense d’une beauté intérieur. 

 

Cultureklicreunion : La personnalité de la réunion qui vous a influencer? 

 Raymond Barre, Paul Verges, Huguette Bello, Madame Aude palant  vergoz.

 

Cultureklicreunion  : une soirée en tête à tête avec ….

 La femme qui partage ma vie, qui est avec moi en ce moment.

 

PROPOS RECUEILLIS PAR THIERRY VILLENDEUIL 

 

 

Saint-André : marche sur le feu pour 130 pénitents et pénitents au temple Maryem Peroumal

 

 

Ce dimanche 1er juillet, 130 pénitents participeront à une marche sur le feu en fin d’après-midi au temple Maryen Peroumal à Saint-André.

Parmi eux, une vingtaine de femmes .

Près  de 800 personnes étaient  au rendez vous   dimanche 1er juillet, en fin d’après-midi, au temple Maryem Peroumal de Saint-André, pour une marche sur le feu.

Un  acte de foi  qui marque la fin de 18 jours de carême et de prières.

 Cette cérémonie dédiée à la déesse Draupadi, aussi nommé Pandialé, 130 pénitents participeront à une marche sur le feu en cette fin journée .  Une vingtaine de femmes étaient aussi présentes à l'occasion .

Depuis le début du week-end, la communauté prépare les festivités et ce matin, après une nuit de prière.

40 tonnes de bois étaient consumées tôt le matin  en ce  dimanche pour constituer le carré de feu.

 

RETOUR SUR CE MOMENT IMPORTANT DE CETTE MARCHE SUR LE FEU