FOCUS SUR LE PROGRAMME

JEUDI 16 DÉCEMBRE 2021 / 18H00

Remise de distinctions « GARDYIEN LA MEMWAR »,
hommage à la Communauté des afro-descendants.

SIMON LAGARRIGUE
Artiste maloyèr (1937-2020)

Saint-Pierrois connu sous le petit nom de « Dada », compositeur de chansons engagées, Simon Lagarrigue chantait ses propres compositions inspirées de la vie de tous les jours, d’évènements qui ont marqué sa vie. Il utilisait les instruments traditionnels du maloya tels que le roulèr, le kavya, le pikèr, le triangle, le bobre.
Il était leader de la troupe de musique Résistance, où il a écrit de nombreuses chansons avec son beau-frère Firmin Viry.
Grand zarboutan du maloya, Simon Lagarrigue a vécu à l’époque où le maloya était « interdit ». Il composait des chansons à fortes connotations politiques comme « la troupe résistance larivé », « mon prézidan condane pas mwin ». À cette époque,Simon Lagarrigue chantait chez lui ou dans les meetings PCR avec sa troupe. Il se produisait souvent dans les fêtes du journal Témoignages.
En 2007, à 70 ans il enregistre son premier album solo. Il s’est éteint à l’âge de 83 ans le mardi 21 juillet 2020.

DIMANCHE 19 DÉCEMBRE 2021 / 10H00

« KOMEMORASION RAVIN DU TROU »
en hommage à ceux qui ont combattu pour leur liberté.

L’insurrection de Saint-Leu va concerner directement plus de 200 esclaves d’origines diverses (Africains, Malgaches, Créoles) et aux fonctions variées (noirs de pioches, domestiques, forgerons, commandeurs, etc.)
Cette révolte fut préparée jour après jour durant des années. Cette « guerre », sera marquée par une extrême violence, tant du côté des insurgés, deux à trois Blancs tués directement ou indirectement, que dans la répression féroce qui s’abattra sur les insurgés. Des dizaines de révoltés seront tués lors de l’affrontement ou décèderont en prison.
Si l’idée de révolte est permanente dans l’esprit de nombreux esclaves, elle va pouvoir se concrétiser à Saint-Leu en raison d’une particularité naturelle : un manque d’eau permanent sur la commune obligeait les esclaves de la partie Sud à se retrouver jour après jour pour les corvées d’eau à un bassin alimenté en permanence par une source et situé au-dessus des habitations, dans la ravine du Trou.
C’est là que se produisirent les contacts réguliers entre esclaves de différents maîtres.
C’est là que s’organisa dans un premier temps le projet de révolte.Source : https://www.portail-esclavage-reunion.fr/documentaires/l-esclavage/resistances-a-l-esclavage/la-revolte-des-esclaves-de-saint-leu-novembre-1811/

FOCUS SUR L’EXPOSITION « KAF »