Crise sanitaire : chronologie des mesures de soutien au monde de la culture

Depuis février, l’Etat apporte un soutien sans faille à l’ensemble du monde de la culture, durement touché par la crise sanitaire. Retour sur les étapes clés de cette période sans précédent.

Depuis février 2020, l’impact de la crise sanitaire sur le monde de la culture est considérable : fermeture des activités et commerces culturels, restrictions sanitaires, chiffres d’affaires en forte baisse, difficultés pour les professionnels…Face à cette situation souvent dramatique, l’État apporte un soutien sans faille au monde culturel. A travers un effort financier sans précédent, mais aussi en adaptant les mesures sanitaires aux spécificités du monde de la culture, il a toujours répondu « présent », selon les mots de la ministre de la Culture, pour soutenir les professionnels de la culture.

17 janvier 2021 : les dispositifs de soutien au monde de la culture sont prolongés

Alors que s’ouvre un nouveau chapitre de la pandémie, avec notamment l’entrée en vigueur d’une phase de vaccination massive mais aussi les mutations du virus, le Premier ministre a décidé le 16 janvier la prolongation de l’accompagnement économique de l’État.

Dans ce contexte, les mesures d’aides transversales existantes, qui bénéficient aux secteurs protégés, et notamment au monde de la culture, vont prolongées et améliorées. Il s’agit du fonds de solidarité, des exonérations de charges sociales et du recours à l’activité partielle.

Ce dispositif est complété par deux mesures de soutien : le remboursement du prêt garanti par l’État bénéficiera d’un différé d’amortissement d’une année supplémentaire ; dans le cadre du fonds de solidarité, le Gouvernement a décidé de créer une aide complémentaire permettant d’indemniser le solde de charges fixes non absorbables en raison du faible niveau d’activité.

La ministre de la Culture a précisé qu’en complément des mesures d’aides transversales, les dispositifs spécifiques mis en place pour chaque secteur culturel, qu’il s’agisse des aides aux entreprises ou aux personnes (fonds de sauvegarde, fonds d’urgence, dispositifs d’indemnisation) seront également prolongés et, le cas échéant, adaptés, avec une attention particulière à la préservation de l’emploi artistique et culturel, aux artistes et aux auteurs.

En outre, la ministre de la Culture a rappelé le travail en cours avec les professionnels de la Culture, pour bâtir un modèle « résilient » de fonctionnement des lieux culturels. Ce modèle reposera d’une part sur des étapes de réouverture progressive et d’autre part sur des protocoles sanitaires adaptables. L’enjeu est de permettre, lorsque la phase aiguë de la crise sanitaire sera terminée, de pouvoir rouvrir les lieux culturels et, progressivement, de revenir à un fonctionnement normal.

26 novembre 2020 : annonce de la réouverture progressive de certains lieux culturels

A l’occasion de l’intervention du Premier ministre du 26 novembre sur l’allègement des mesures sanitaires, la ministre de la Culture a apporté des précisions sur la réouverture progressive des lieux culturels.

  • Dès samedi 28 novembre, les commerces culturels – librairies, disquaires, galeries d’art, facteurs d’instruments de musique, salles de vente – ainsi que les bibliothèques et les archives, pourront rouvrir leurs portes dans le cadre d’un protocole sanitaire concerté avec les professionnels concernés.
  • Les musées, salles de spectacle et de cinéma pourront rouvrir à partir du 15 décembre si l’évolution sanitaire le permet. « Dans les salles de spectacle et de cinéma, les protocoles qui étaient applicables pendant la période de couvre-feu avant le reconfinement, le seront à nouveau », a précisé la ministre, en ajoutant « qu’une tolérance sera permise pour que les spectateurs des séances finissant à 21h puissent rentrer sereinement chez eux. Ils devront être en mesure de montrer comme justificatif leur billet de spectacle ou de cinéma ».
  • Les conservatoires et les écoles de musique pourront de nouveau proposer des cours à l’exception du chant « trop risqué en termes de propagation du virus ».
  • Enfin, les dérogations pour exercer certaines activités artistiques professionnelles, comme les répétitions, les captations et les tournages perdurent.
Source : Ministère de la culture