Considéré comme l’une des voix les plus importantes de sa génération, Ousmane Sembène demeure une figure adulée de l’Afrique contemporaine. Engagé dans la mise en scène des inégalités sociales, il n’a eu de cesse de laisser s’exprimer sa propre révolte contre un monde à la cruelle injustice.

Né le 1er janvier 1923 à Ziguinchor, Ousmane Sembène est un auteur et réalisateur incontournable de l’Afrique contemporaine. À l’âge de vingt-trois ans, il part clandestinement pour la France et arrive à Marseille, où il devient docker. Au même moment, il rejoint la CGT et le Parti communiste français, avant de militer contre la guerre en Indochine et pour l’indépendance de l’Algérie. En 1956, son premier roman, Le Docker noir, relate sa propre expérience en tant que docker dans le port de Marseille.

Après la publication de deux autres ouvrages, Ô pays, mon beau peuple, et Les Bouts de bois de Dieu, il retourne sur son continent d’origine en 1960. Désormais attiré par le cinéma et l’envie de toucher les non-lecteurs grâce à l’image, il intègre une école de cinéma à Moscou, la VGIK. Tandis que son premier court métrage, Borom Sarret, est remarqué en festival, il passe au long métrage, La Noire de …, en 1966 et reçoit le prix Jean-Vigo. Huit autres films suivront jusqu’en 2003 et construiront une carrière engagée autour de nombreuses questions à la fois politiques et sociales.

1946 : Ousmane Sembène arrive clandestinement à Marseille après avoir quitté l’Afrique et devient docker.

1956 : Il publie son premier roman, Le Docker noir, qui s’inspire de sa propre expérience.

1966 : Son premier long métrage, La Noire de… reçoit le prix Jean-Vigo.

1968 : Acclamé, Le Mandat, son second long métrage, obtient le Prix de la critique internationale au Festival de Venise.

2006 : Ousmane Sembène est nommé officier de la Légion d’honneur, quelques mois avant sa disparition.