Noces d’or pour la Fédération tamoule de la Réunion

La Fédération tamoule de la Réunion fête cette année ses 50 ans. L’occasion pour elle de sceller ses engagements et de travailler main dans la main avec la Région et l’université. 

L’histoire commence en 1971. Des hommes et des femmes ont l’idée de regrouper les associations religieuses et culturelles de l’île en créant une Fédération tamoule. Depuis 50 ans, l’organisme lutte pour la valorisation du patrimoine et le rassemblement des Réunionnais de confession Hindoue. La création du visa OCI, autorisant les citoyens indiens d’outre-mer à se déplacer en Inde sans limitation de séjour, est une première victoire. On doit aussi à la Fédération le remplacement du bœuf dans les repas d’écoles. Prochaine étape, la mise en place d’un DU (diplôme universitaire) de 200 heures destiné à transmettre la langue et la culturelle indienne.  « Nos aïeuls ont laissé pour nous un culte. Les écoles et les temples nous l’expliquent mais il faut aussi penser à autre chose. Depuis quelques mois, on travaille avec les institutions pour mettre en place un programme d’enseignement » indique Jean-Luc Amaravady, président de la Fédération tamoule. Une initiative encouragée par l’Université et la Région. « Nous sommes ravis d’accompagner la Fédération sur ce projet. L’idée est de créer un outil de transmission de la connaissance qui permettra de favoriser les projets de recherche. Plusieurs acteurs sont associés à la promotion de la civilisation indienne », s’enthousiasme Anne-Françoise Zattara, vice-présidente de l’université de la Réunion. Un accord établi avec le gouvernement indien permettra d’inclure des personnels indiens dans l’apprentissage. Ouverte au grand public, l’offre mêle calligraphie, yoga et immersion dans la culture et les sciences indiennes. « On espère signer l’accord au mois d’octobre pour pouvoir lancer le DU en début d’année prochaine », précise Anne-Françoise Zattara. La Région s’est de son côté penchée sur la question économique. Forums d’échanges et art indien sont à l’ordre du jour. « La Réunion est un territoire pluriel et pacifié. Les acteurs et les Réunionnais peuvent travailler et investir ensemble. J’ai vu tout le travail autour des temples de Saint-André, il y a une vraie richesse. Il faut qu’il y ait des programmes de formation mis en place pour que les gens puissent continuer à mener ce travail », reconnaît Didier Robert, président de la Région.

 

Lieux de culte ouverts pour l’an 5122

Ce 14 avril marque la célébration du nouvel an tamoul. L’an 5122 est placé sous le signe de la sagesse et de la connaissance. Malgré l’absence de défilé, les lieux de culte sont ouverts et des dispositions ont été prises pour la pratique des cérémonies. « La journée du nouvel an est symbolisée par des prières destinées aux Dieux du Soleil et de la Lune, deux sources de lumière importantes pour nous et pour la vie sur Terre », souligne Serge Ajaguin Soleyen, vice-président de la Fédération tamoule. Parmi les prédictions avancées pour les mois à venir, beaucoup de pluie, une pénurie des semences, un grave accident sportif et une année favorable à la femme. « Ce qu’on peut retenir par rapport aux astres, c’est que l’épidémie va encore durer. Il faudra attendre l’année 5123 pour une amélioration », précise le vice-président. Pas question de baisser les bras pour autant, nous souhaitons à toute la communauté tamoule une très belle année !

Texte Maeva Mansard

Photos Thierry Villendeuil